Le SCoT du Grand Pic Saint-Loup

Pourquoi un Scot ?

Le Pic Saint-Loup dans la brume. Photo : Daniel Delat
Le Pic Saint-Loup dans la brume. Photo : Daniel Delat
  1. Parce qu’il est important d’harmoniser et de coordonner les projets de développement des 36 communes de la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup porteuse du SCoT.
  2. Parce que le SCoT permet aux communes et à la Communauté de communes de son périmètre de disposer d’un lieu où ils peuvent mettre en cohérence et coordonner des politiques menées en matière d’urbanisme, d’habitat de développement économique, de déplacements et d’implantations commerciales.
  3. Parce que le SCoT permet aux communes l’ouverture à l’urbanisation de certains espaces.

Anticiper

Le SCOT permet d’anticiper :

  • les évolutions démographiques,
  • le développement de l’urbanisation,
  • la gestion des espaces,
  • les évolutions économiques,
  • les flux de toute nature sur le territoire,
  • l’environnement interrégional.

Déterminer les bons équilibres

Le SCOT permet de déterminer les bons équilibres pour un développement durable

  • Équilibres sociaux :
    La diversité sociale est une condition pour la vitalité des territoires. Une des façons d’y parvenir est de développer la mixité des logements dans leur forme, leur taille et leur statut.
  • Équilibres des territoires :
    Chaque territoire entretient des relations de complémentarité avec les territoires voisins. La Communauté de Communes doit organiser son développement autour de pôles de développement et gérer harmonieusement son espace.
  • Accès équitable aux services publics :
    L’éducation, la santé, les services sociaux et administratifs, la culture, les loisirs… tout cela représente des droits pour chacun. Ceux-ci s’appuient sur un ensemble d’équipements et d’infrastructures qui doivent trouver la meilleure répartition et la meilleure accessibilité.
  • Les grands enjeux :
    Les infrastructures de transport, les sites à vocation économique ou touristique sont des moteurs du développement qui doivent trouver une place prioritaire dans le SCoT.
  • Gestion des ressources naturelles :
    Les ressources naturelles ne sont pas inépuisables, qu’il s’agisse de l’eau, de l’air, de matériaux de construction, etc. Les activités humaines dépendent et aussi transforment la nature. Pour que les évolutions permettent le renouvellement des ressources, il faut faire un certain nombre de choix d’aménagement du territoire. Dans ce cadre l’agriculture doit trouver une fonction à la fois économique et patrimoniale.

Les grands principes à suivre

  • Plus de cohérence :
    Le SCoT est un document global de planification, élaboré à l’échelle d’un territoire pertinent et suffisant. L’ensemble des politiques sectorielles mentionnées par la loi devra être pris en compte dans l’élaboration de ce document.
  • Plus de concertation :
    Il traduit le souci des pouvoirs publics de permettre aux citoyens et aux forces vives d’un territoire de participer plus activement à la définition des projets structurants d’un territoire.
  • Un développement durable :
    Il combine le « développement équilibré alliant le progrès social, l’efficacité économique et la protection de l’environnement ». Cette notion théorique développée lors de la conférence de Rio en 1992 et renforcée par le Grenelle de l’Environnement devient applicable à l’ensemble des documents d’urbanisme.
Rechercher
Nous contacter
Services
GESTION DES DÉCHETS GESTION DES DÉCHETS DÉPLACEMENTS DÉPLACEMENTS EAU ET ASSAINISSEMENT EAU ET ASSAINISSEMENT SPORTS ET LOISIRS SPORTS ET LOISIRS CULTURE CULTURE Marchés publics Marchés publics