Présentation

Le Musée d’arts et d’archéologie, anciennement dénommé Musée de la Préhistoire des Matelles, puis Musée du Pic Saint-Loup, est un lieu symbolique du territoire du Grand Pic Saint-Loup.

Né de la volonté de Pierre Pannoux, archéologue, et de Joseph Martin, alors maire de la commune et propriétaire du bâtiment, le musée a ouvert ses portes en 1951 dans la maison dite des Consuls : il est alors le premier musée de Préhistoire créé dans l’Hérault.

Les recherches archéologiques sur le territoire du Grand Pic Saint-Loup ont été initiées dans les années 1950. De grandes figures de l’archéologie y menèrent des travaux : Henry de Lumley, Jean Arnal, Jean Guilaine, Henri Canet, Pierre Pannoux…

Le Musée abrite le résultat des fouilles de l’archéologue matellois Pierre Pannoux

A l’origine du musée

La région du Pic Saint-Loup a été occupée depuis le Paléolithique supérieur, où des hommes de Neandertal s’installent sous le porche de la grotte de l’Hortus. Les ossements des plus vieux squelettes de l’Hérault ont été retrouvés à cet endroit. A partir de cette période, la présence humaine sur le territoire a été plus ou moins continue. Ainsi, on en trouve des traces ténues jusqu’au Néolithique (6000 ans avant J.-C.), période où le territoire du Pic Saint-Loup voit s’installer de nombreux groupes humains qui colonisent l’espace et modèlent l’environnement par leur mode de vie et leur activité. À cette époque, qui correspond au premier grand réchauffement du climat méditerranéen, l’homme entreprend de s’installer au cœur de la forêt, où foisonnent cerfs et sangliers : il y crée des clairières pour y cultiver céréales et légumineuses et élever de petits troupeaux.

Peu à peu, il se sédentarise et devient agriculteur-éleveur.

Les IVème et IIIème millénaires marquent l’âge d’or de la période. Ils voient s’épanouir des communautés originales, qui savent tirer le meilleur profit d’un environnement pourtant aride : ce sont notamment les groupes « de Ferrières » (vers 3500 avant J.-C.) puis « de Fontbouisse » (3000 avant J.-C.), bâtisseurs des premiers villages en pierre sèche de France grâce à un matériau omniprésent, le calcaire.

Aujourd’hui encore, de nombreux vestiges de villages et hameaux, de sépultures, de grottes aménagées, de dolmens témoignent de cette vie originale et intense sur cette terre de garrigues : village de Cambous (Viols-en-Laval), enceinte du Lébous (Saint-Mathieu-de-Tréviers), grotte de Suquet Cocoulières (Les Matelles), Rocher du Causse (Lauret), dolmens de Feuilles, du Capucin et du Lamalou (Rouet), de Ferrières-les-Verreries…

 

 

Un “Site d’exception en Languedoc”

Depuis 2013, la Halle du Verre est membre du réseau des Sites d’exception en Languedoc, qui fédère sites prestigieux et prestataires touristiques partageant les mêmes exigences en termes de qualité d’accueil et de partage culturel. Sélectionnés selon des critères de qualité, les Sites d’Exception en Languedoc vous feront revivre l’Histoire et la passion de ceux qui ont laissé à jamais leur empreinte sur ce territoire et vous découvrirez les secrets de l’art de vivre en Languedoc.

A l’achat d’une entrée à plein tarif, demandez votre pass multi-sites et bénéficiez de réductions sur vos billets d’entrées aux sites suivants.

www.sitesdexception.fr

Un « Musée de France »

Depuis 2003, la collection archéologique de la Maison des Consuls bénéficie de l’appellation “Musée de France”, ce qui traduit l’intérêt culturel du fonds conservé et la volonté d’ouverture du lieu.

L'espace de vente

Ne repartez pas de la Maison des Consuls sans un petit souvenir : une affiche de l’exposition temporaire, l’ouvrage “Autour du Pic Saint-Loup à l’âge du cuivre” pour prolonger la visite de l’exposition permanente, un sac “Fan de Culture”…

Rechercher
Nous contacter
Services
GESTION DES DÉCHETS GESTION DES DÉCHETS DÉPLACEMENTS DÉPLACEMENTS EAU ET ASSAINISSEMENT EAU ET ASSAINISSEMENT SPORTS ET LOISIRS SPORTS ET LOISIRS CULTURE CULTURE Marchés publics Marchés publics