Grotte de l’Hortus : ne dérangeons pas les chauves-souris !

Située au pied de la falaise de l’Hortus, la grotte de l’Hortus est un site emblématique du territoire mais fragile, notamment pour la population de chauves-souris protégées qu’elle abrite. Pourtant interdit d’accès, le site est régulièrement visité, voire dégradé, ce qui affecte la tranquillité de ses occupants et met en péril la colonie.

L'entrée fermée par des grilles de la grotte de l'Hortus. Photo : Thierry Alignan
Une des deux entrées de la grotte de l’Hortus, fermée par des grilles. Photo : Thierry Alignan

La grotte de l’Hortus est connue pour abriter des vestiges néanderthaliens, mais elle constitue aussi un habitat prioritaire d’intérêt national et européen (Natura 2000) pour la préservation des chauves-souris. En effet, la grotte et les falaises de l’Hortus sont occupées durant toute l’année par au moins 17 espèces de chiroptères, dont 6 considérées comme cavernicoles.

Des espèces protégées sensibles

Certaines de ces espèces occupent la cavité au printemps et à l’automne : c’est le cas du Minioptère de Schreibers et du Rhinolophe euryale. Fait remarquable, leurs effectifs ont atteint jusqu’à 1 000 individus dans les années 90.

Or, ces chauves-souris sont particulièrement sensibles au dérangement. Aujourd’hui, malheureusement, seulement quelques centaines d’individus transitent par la grotte. Les très nombreuses intrusions humaines ont probablement poussé la majorité des individus à la déserter.

Une fermeture préventive

En 2015, la Communauté de communes et le Département de l’Hérault, propriétaire de l’entrée de la grotte, ont décidé de fermer les deux entrées de la cavité dans le cadre d’un contrat Natura 2000.

Cette fermeture a été menée en collaboration avec les associations de spéléologie locale : certaines ont signé une charte Natura 2000 de bonnes pratiques et sont autorisées à visiter la grotte lorsque la période ne présente pas d’enjeu fort. De plus, un protocole de suivi des populations de chauves-souris a été mis en place : ce suivi est assuré par le Groupe Chiroptères Languedoc-Roussillon.

Depuis la fermeture du site, on a pu observer une augmentation constante des effectifs de chauves-souris, à différentes périodes de l’année : la quiétude de la grotte est donc indispensable à la présence de ces espèces.

Des intrusions répétées

Or, depuis quelques mois, malgré les grilles mises en place, les intrusions se font de plus en plus fréquentes : en témoignent les traces de feux, les graffitis sur les parois de la grotte, les détritus… Le cadenas a même été fracturé et a dû être remplacé.

Or ces visites peuvent anéantir en quelques minutes tous les efforts consentis : perturber la tranquillité d’une colonie de chauves-souris en période sensible (hibernation, élevage des jeunes…) peut provoquer la désertion du gîte à court terme et la mort d’individus, sans que le “visiteur” lui-même ne s’en rende compte.

Renforcer la surveillance

La protection de la grotte de l’Hortus est un enjeu Natura 2000 très fort. C’est pourquoi la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup et ses partenaires souhaitent assurer la quiétude de la grotte pour que l’action de préservation soit respectée.

Un programme de contrôle et de surveillance va être déployé en association avec l’Office Français de la Biodiversité afin de sensibiliser les visiteurs aux enjeux et, en cas d’intrusion, de pouvoir verbaliser les intrus pour cause de dérangement d’espèces protégées.

Que les amateurs de randonnée se rassurent : il est toujours possible d’aller admirer la vue sur le Pic Saint-Loup depuis l’entrée de la grotte.

En savoir +

.

Partenaires Préservation Grotte Hortus - logos

Rechercher
Nous contacter
Services
GESTION DES DÉCHETS GESTION DES DÉCHETS EAU ET ASSAINISSEMENT EAU ET ASSAINISSEMENT Urbanisme Urbanisme SPORTS ET LOISIRS SPORTS ET LOISIRS CULTURE CULTURE Marchés publics Marchés publics Cartographie Cartographie