Le Grand Pic Saint-Loup soutient une agriculture vertueuse

La Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup a été retenue par l’Agence de l’Eau Rhône Corse Méditerranée comme territoire d’expérimentation dans la reconquête de la qualité de l’eau et de la biodiversité, en finançant les initiatives vertueuses d’exploitants agricoles.

Le Grand Pic Saint-Loup soutient une agriculture vertueuse. Photo : Christophe Colrat
Le Grand Pic Saint-Loup soutient une agriculture vertueuse. Photo : Christophe Colrat

Le projet de la Communauté de communes est l’un des 21 projets retenus par l’Agence régionale pour inciter les exploitants agricoles à faire évoluer leurs pratiques pour préserver la ressource en eau et favoriser la biodiversité.

Ce programme d’aide, qui court sur une période de 5 ans (2021/2025), s’articule autour de la mise en place de Paiements pour Services Environnementaux (PSE) à destination des exploitants agricoles volontaires : les rémunérations serviront, par exemple, à créer et entretenir des infrastructures agro-écologiques comme les haies, les bandes enherbées, les ripisylves, les zones humides ou les mares, ou à développer des pratiques agronomiques vertueuses limitant l’utilisation d’engrais minéraux et de pesticides.

Ainsi, le principe des Paiements pour Services Environnementaux vise à reconnaître et valoriser les effets environnementaux positifs de l’agriculture.

Le projet du Grand Pic Saint-Loup

Le territoire du Grand Pic Saint-Loup compte 4 sites Natura 2000, 25 zones naturelles d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF) et un vaste réseau hydrographique (trame bleue, ripisylves, ruisseaux, mares temporaires et zones humides…), que la Communauté de communes s’attache à préserver, tout en favorisant le développement d’une agriculture respectueuse de cette biodiversité.

Depuis 2018, le dispositif Biodiv’eau, déployé sur le Grand Pic St Loup grâce au programme Européen LEADER, permet d’améliorer l’état de conservation de la biodiversité dans les exploitations, ainsi que les pratiques agricoles.

10 % des exploitations ciblées

L’objectif est de signer 30 à 40 contrats PSE avec des exploitants agricoles du territoire (vignerons, éleveurs, cultivateurs, maraîchers) volontaires pour s’impliquer dans des démarches vertueuses de préservation de la ressource en eau et de la biodiversité.

Contact

Emma Lapique
Chargée de mission PSE
e.lapique@ccgpsl.fr

Rechercher
Nous contacter
Services
GESTION DES DÉCHETS GESTION DES DÉCHETS DÉPLACEMENTS DÉPLACEMENTS EAU ET ASSAINISSEMENT EAU ET ASSAINISSEMENT SPORTS ET LOISIRS SPORTS ET LOISIRS CULTURE CULTURE Marchés publics Marchés publics